JOURNEE D’AMITIE POUR LES JEUNES ET LES ENFANTS VULNERABLES A BAFIA

Le samedi 06 juin 2015, la 2e Journée d’Amitié des Jeunes et des Enfants vulnérables pris en charge par la Commission Diocésaine Justice et Paix de Bafia au titre de l’année scolaire 2014-2015,  se déroule au Centre Marie Auxiliatrice de Bafia. Une soixantaine de jeunes et d’enfants constituent l’ensemble des participants. Mme Joséphine AKONE et Benjamin AMOUGOU NNOMO, représentant la Commission Diocésaine Justice et Paix, assurent l’animation de cette journée.

La journée commence avec l’arrivée et l’accueil des jeunes et des enfants dès 8h au Centre Marie Auxiliatrice de Bafia. Puis suivent l’inscription des participants et l’animation par des chants et des exercices d’ambiance festive et  gaie. La prière d’ouverture introduit le programme qui selon ses dispositions, permet à Mme Joséphine AKONE de prononcer le mot d’accueil. L’objet de la journée d’amitié  est de dresser le bilan des activités, de se projeter sur l’année scolaire 2015-2016, de plonger dans un climat de solidarité, de fraternité et de réjouissances à la suite d’une rude année scolaire rythmée par les cours, les temps fort d’étude, de devoirs et de loisirs culturels et sportifs. 

Aussi, le premier tableau de cette journée est   la causerie éducative autour du thème « La Responsabilité des Jeunes ». Sous la conduite de M Benjamin AMOUGOU, les jeunes sont tour à tour invités à  définir le concept de Responsabilité,   d’inventorier les signes et les actes de responsabilités. Il a  fallu ensuite  mettre à jour le regard et la dimension pratique de cette notion au près des jeunes. A terme, le résultat attendu avec cette causerie éducative est d’avoir une jeunesse consciente de ses responsabilités en famille, à l’école, au sein de la Commission Diocésaine Justice et Paix  et dans la société en général. En définitive, les jeunes ont à répondre à la question : Comment les jeunes doivent-ils montrer et vivre  leur sens de responsabilité ? Il est également question de les préparer à la participation citoyenne grâce à cette prise de conscience du sens de responsabilité. La journée d’amitié du 20 décembre 2014 avait ainsi porté sur les droits et les devoirs des enfants et des jeunes.           

Le deuxième tableau de cette journée est l’exercice d’évaluation de l’année scolaire 2014-2015. Il s’avère que sur le plan scolaire, 50 % des élèves pris en charge sont admis en classe supérieure.       Quinze jeunes sont admis aux divers examens officiels. Sur le plan des obligations exigées aux jeunes (dépôt des bulletins scolaires à la Commission Diocésaine Justice et Paix, exécution des travaux de propreté,  participation aux rencontres initiées à leur intention), les statistiques faisant état de  ces facteurs révèlent une participation laborieuse des jeunes. Moins de 50 % des parents des jeunes et des enfants bénéficiaires des aides scolaires de la Commission Diocésaine Justice et Paix de Bafia  assistent aux réunions. Il a été par conséquent utile de rappeler  l’impérieuse nécessité de participation des jeunes et des parents à la composante « Facilitation d’accès des enfants et des Jeunes Vulnérables à l’éducation  et à la formation professionnelle avec un accent sur la jeune fille » du « Projet de Défense et de Promotion des Droits des Enfants et des Jeunes Vulnérables du Diocèse de Bafia » implémenté par la Commission Diocésaine Justice et Paix de Bafia.

Il convient de  relever que la Commission Diocésaine Justice et Paix  met actuellement en œuvre le  « Projet de Défense et de Promotion des Droits des Enfants et des Jeunes Vulnérables du Diocèse de Bafia » C’est dans ce cadre que 107 jeunes et enfants ont bénéficié des aides scolaires et de soutien à la formation professionnelle au titre de l’année scolaire 2014-2015. Une analyse du contexte avait en effet montré la difficulté d’accès à l’éducation et à la formation professionnelle pour les jeunes issus des milieux vulnérables à cause du faible revenu des ménages, du coût élevé de l’éducation et de la formation professionnelle, de l’instabilité et de la précarité des ménages, des insuffisances manifestées par l’Etat camerounais dans l’éducation. Ce projet vise ainsi l’accès des jeunes et des enfants au droit de l’éducation. 

Par conséquent les jeunes et les enfants pris en charge par la Commission Diocésaine Justice et Paix bénéficient de la prise en charge des frais de scolarité, des frais d’examen, des fournitures scolaires au niveau de l’éducation de base, de l’accompagnement scolaire en termes de conseils, de suivi et d’assistance des familles par rapport à l’encadrement des enfants.            

                                                                                             Benjamin AMOUGOU NNOMO

                                                                                                   CDJP, Bafia

                                                                                                          

Partage du foléré et du pain                                                                                                          

French English German Italian