MESSAGE DES EVEQUES DU CAMEROUN AU PEUPLE DE DIEU SUR LA VIE CONSACREE

1. « Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc, de toutes les nations faites des disciples. Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai enseigné. Et voici que moi je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps» (Mt 28, 18-20).

 

Ces paroles de Notre Seigneur Jésus Christ, le jour de son ascension au ciel, ont toujours été considérées par l'Eglise comme sa première mission, c'est-à-dire celle d'évangéliser. Et évangéliser, selon l'enseignement constant des Souverains Pontifes, c'est proclamer une bonne nouvelle capable de changer la vie de ceux qui en reçoivent l'annonce. Selon les pères du second Concile du Vatican, en effet, l'Eglise elle-même tire son origine de la mission du Fils et de la mission du Saint-Esprit, selon le dessein de Dieu le Père (cf. Ad gentes, n. 2). Quelques années plus tard, le Pape Paul VI renchérira ces paroles en disant que l'évangélisation est « la grâce et la vocation de l'Eglise, son identité la plus profonde. Elle existe pour évangéliser» (Evangelii Nuntiandi, n014).

2. Cette mission, rappelons-le, incombe à tous les baptisés. Et comme l'a dit le Pape émérite Benoît XVI, elle découle de « l'exigence de redécouvrir le chemin de la foi pour mettre en lumière, de façon toujours plus évidente, la joie et l'enthousiasme renouvelés de la rencontre avec le Christ. L'Eglise dans son ensemble et les pasteurs en son sein, ajoutait le Saint-Père, doivent, comme le Christ, se mettre en route pour conduire les hommes hors du désert, vers le lieu de la vie, vers l'amitié avec le Fils de Dieu, vers celui qui nous donne la vie en plénitude » (Porta Fidei, n° 2).

3. Le Pape François, pour sa part, accueillant cet appel du Christ, invite l'Eglise tout entière à se réjouir cette année avec lui pour le don d'une catégorie des baptisés que sont les personnes consacrées. Mais qui sont les personnes consacrées ? Répondant à cette question le Pape François dit : « les personnes consacrées sont le signe de Dieu dans les différents milieux de vie, elles sont le levain pour la croissance d'une société plus juste et fraternelle, elles sont la

prophétie du partage avec les plus petits et les plus pauvres ... » (cf. Angelus du 02 février 2014). Selon lui, la vie consacrée est tout d'abord un état de vie, une qualité de présence à la suite du Christ à travers la profession des conseils évangéliques. Être consacré c'est être un signe prophétique dans l'Eglise, Corps mystique du Christ, et dans le monde. Par ailleurs, pour le Pape, la vie religieuse doit être accueillie comme un don à l'Eglise; aussi tient-il à ce que la vie religieuse soit revalorisée dans l'Eglise. Ceci permettra au religieux de regarder le passé avec gratitude, de vivre le présent avec passion et de regarder le futur avec espérance. De façon particulière, cette année de la vie consacrée, d'une part, devrait permettre aux personnes consacrées de se rapprocher des autres fidèles, pour mieux se faire connaître et réveiller en eux la foi et l'espérance de la consécration religieuse et, d'autre part, elle devrait permettre aux autres fidèles de SI approcher des consacrées pour les connaître.

4. Sensibles à cette invitation du Souverain Pontife, nous, vos pasteurs, de commun accord avec les Supérieurs majeurs des Instituts de vie consacrée œuvrant dans nos Eglises particulières respectives, avons choisi l'occasion de notre ss= Séminaire annuel, qui s'est tenu du 10 au 17 janvier 2015 à Nkongsamba, pour nous pencher sur la vie consacrée dans notre pays.

En effet, comme le rappelle la Congrégation pour les Evêques, pour obtenir une meilleure coordination des diverses œuvres et programmes apostoliques dans le contexte pastoral des Eglises particulières, ainsi qu'une connaissance appropriée et une estime réciproque, il convient que les Évêques rencontrent périodiquement les Supérieurs majeurs des Instituts. Ces rencontres constitueront une excellente occasion pour déterminer, grâce à l'échange d'expériences, des objectifs d'évangélisation et des modalités propices pour aller au-devant des besoins des fidèles, de sorte que les Instituts puissent projeter de nouvelles activités apostoliques et améliorer celles qui existent déjà (cf Apostolorum Successores, n° 1 02).

5. Ainsi, du 10 au 14 janvier 2015, nous avons suivi des communications qui nous ont permis d'échanger sur les réalités concrètes de la vie consacrée au Cameroun. Nous rappelons que la vie religieuse est à l'origine de notre évangélisation au Cameroun. De fait, les premiers missionnaires de notre pays étaient des consacrés.

Cette réflexion a permis une prise de conscience sur le fait que la vie religieuse au Cameroun n'est pas assez connue, aussi bien au sein de l'Eglise qu'à l'extérieur. Les fidèles voient différents instituts religieux et sont en contact avec leurs membres, sans parfois s'intéresser à connaître qui ils sont. Il s'avère important de les sensibiliser sur le sens de la vocation et de la mission reçue de Jésus Christ. La concertation entre les Evêques et les Supérieurs majeurs apporte un éclairage aux fidèles sur la nécessité d'un meilleur accueil de ce don de Dieu à son Eglise.

L'accueil profitable du don à l'Eglise, qu'est la vie consacrée, implique de la part de tous les fidèles une attitude de gratitude et une permanente conversion intérieure. C'est pourquoi suite à nos échanges, nous faisons nôtre cette recommandation de la Congrégation pour les Evêques qui voudrait que : « l'Évêque fasse en sorte que la vie consacrée soit connue et appréciée par les fidèles et, en particulier, il veillera à ce que le clergé et les séminaristes, grâce à leurs moyens de formation respectifs, soient instruits de la théologie et de la spiritualité de la vie consacrée, et en arrivent à apprécier sincèrement les personnes consacrées, non seulement pour la collaboration qu'elles peuvent offrir à la pastorale diocésaine, mais surtout pour la force de leur témoignage de vie consacrée et pour la richesse introduite dans l'Église, universelle et particulière, par leur vocation et par leur style de vie » (Apostolorum Successores, n° 99).

Par ailleurs, nous sommes conscients que la vitalité variée et féconde de nos Eglises particulières réclame un véritable engagement de coordination pour renouveler, créer et perfectionner les multiples instruments pastoraux de service et d'animation. Aussi recommandons-nous que dans chacun de nos diocèses, à travers son peuple et d'une manière plus particulière à travers les personnes et les familles religieuses, qui y sont présentes, l'Evêque, en tant que père et pasteur de l'Eglise particulière dans toutes ses composantes, continue de chercher à comprendre ce que l'Esprit veut manifester. Il est nécessaire qu'il entretienne des rapports sincères et familiers avec les Supérieurs pour mieux remplir son ministère de pasteur envers les Religieux et les Religieuses (cf. Mutuae relationes, n° 52). Il lui reviendra donc de soutenir les personnes consacrées, de façon que ces dernières, demeurant fidèles à l'inspiration fondatrice, s'ouvrent à une collaboration spirituelle et pastorale toujours plus fructueuse correspondant aux exigences du diocèse.

6. Etant donné que les religieux font partie du Corps mystique du Christ qu'est l'Eglise, ils auront à cœur de vivre la fidélité de la vocation et l'efficacité dans la mission, en étroite communion avec les autres membres de l'Eglise notamment les Evêques, leurs pasteurs. En effet, « les Religieux considèreront l'Evêque non seulement comme le Pasteur de toute la communauté diocésaine, mais aussi comme le garant de la fidélité à leur vocation dans l'accomplissement de leur service pour le bien de l'Eglise locale» (Mutuae Relatianes, n° 52). Dans le même ordre d'idées, le Pape Benoit XVI, s'adressant aux personnes consacrées dans l'Exhortation apostolique post-synodale Africae munus, dit : « C'est pourquoi je vous invite, chères personnes consacrées, à rester en communion étroite avec l'Eglise locale et son premier responsable, l'Evêque » (Africae munus, n° 117). Cette communion sera d'autant plus efficace qu'elle sera imprégnée de l'esprit d'amour dans l'Eglise famille.

7. Ainsi donc, « les œuvres diocésaines et les paroisses confiées à des Instituts religieux ou à des Sociétés de vie apostolique, restent sous l'autorité et la direction de l'Évêque, en maintenant de toute façon la fidélité du responsable consacré à la discipline de son Institut et la soumission à ses Supérieurs» (Apostalarum successares, n'' 101).

« L'Évêque se préoccupera de conclure un accord avec l'Institut ou la Société, pour déterminer clairement ce qui concerne le travail qui sera réalisé, les personnes qui s'y consacreront et l'aspect économique» (Apostalarum Successores, n° 101). Les œuvres propres que les Instituts établissent selon leur charisme et qui sont dirigées par leurs Supérieurs respectifs doivent être insérées dans le cadre général de la pastorale diocésaine ; « c'est pourquoi leur création ne doit pas être décidée de façon autonome, mais sur la base d'un accord entre Évêque et Supérieurs entre lesquels doit exister un dialogue constant dans la direction de ces œuvres» (Apostalarum Successores, n" 1 0 1).

8. Plus concrètement encore :

-      Nous voulons valoriser davantage l'année de la vie consacrée en mettant un accent particulier sur la formation des membres des instituts, qu'il s'agisse de sa forme initiale, permanente ou professionnelle en vue de la mission ;

-      En développant la connaissance mutuelle par la création des structures de dialogue, telles que les commissions mixtes, ou en améliorant celles qui existent déjà, à l'instar de la commission épiscopale chargée de la vie consacrée ;

-      En organisant, à divers niveaux (paroisses, zones pastorales, diocèses, provinces ecclésiastiques), des activités de nature à faire davantage connaître aux fidèles et au grand public la vocation et la mission des consacrés au sein de l'Eglise par :

  • Une catéchèse appropriée ;
  • Des conférences et sessions de formation, des récollections et des retraites, etc. ;
  • Des Prières et célébrations liturgiques ;
  • Une organisation plus judicieuse des camps vocationnels ;
  • , Une pastorale de proximité de la part des consacrés au sein de l'Eglise, à travers les Communautés Ecclésiales Vivantes, les Associations et Mouvements catholiques ;
  • Toutes occasions susceptibles de souligner la présence, les attentes et les activités des consacrés au sein de nos différentes communautés chrétiennes ;
  • L'engagement à tous les niveaux à préparer avec soin et à célébrer la clôture de l'année de la vie consacrée ;

Al' issue de nos travaux, nous réitérons notre gratitude à Dieu pour le don de la vie consacrée à l'Eglise et envoyons ce message à vous tous, fils et filles de l'Eglise Catholique qui est au Cameroun, pour vous inviter à vous réjouir en cette année de la vie consacrée avec nos frères et sœurs qui ont choisi de suivre Jésus de près par la profession des conseils évangéliques.

Leur engagement nous rappelle notre appel universel à la sainteté. N'ayez donc pas peur de vous approcher d'eux pour mieux les connaître et vous enrichir de leurs charismes reçus pour le bien de toute l'Eglise. Que cette connaissance vous permette ainsi de chercher d'abord le royaume de Dieu et sa justice en toutes circonstances (cf. Mt 6, 33).

Quant à vous, chers fils et filles consacrés, nous vous disons notre reconnaissance pour votre présence au sein de l'Eglise qui est au Cameroun. Vous continuez, en effet, avec joie et espérance l'héritage laissé par les ouvriers de la première heure qui, pour la plupart, étaient des personnes consacrées. Faites vôtres leur courage et leur ardeur qui les poussaient à porter la Bonne Nouvelle dans les périphéries de nos villes naissantes et dans nos forêts. La fidélité aux conseils évangéliques, ainsi qu'aux charismes de vos fondateurs, et la loi suprême de l'amour, qui doit animer toute votre vie et votre mission, vous aideront certainement à faire rayonner le Christ dans l'Eglise et dans le monde. C'est par votre témoignage de vie aussi, en d'autres termes, que vous aiderez les autres fidèles baptisés et la société à accueillir ce don de Dieu qu'est la vie consacrée, et à le faire fructifier pour la gloire de Dieu et le bien de l'Eglise.

Puisse la Vierge Marie, Mère de tous les baptisés, et Etoile de l'Evangélisation, nous aider à avancer avec courage au large, pour jeter les filets de l'espérance dans un esprit de collaboration, de partage des dons reçus et de communion pour la croissance de l'Eglise famille qui est au Cameroun.

Pour les Evêques du Cameroun

+ Samuel KLEDA

Archevêque de Douala,

Président de la Conférence Episcopale Nationale du Cameroun

French English German Italian