Message des évêques du Cameroun pour la reprise des cours et le dialogue dans le NOSO

Evêques du Cameroun, Eseka 9 janvier 2021, photo Abbé Gilbert Pali Evêques du Cameroun, Eseka 9 janvier 2021, photo Abbé Gilbert Pali

Les Evêques du Cameroun pour la reprise des cours et le dialogue dans le NOSO

Réunis à Yaoundé du 23 au 29 avril 2017 dans le cadre leur 42e Assemblée plénière, les travaux des Evêques du Cameroun ont été conclus par un message clair et fort relatif à la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest de notre pays. Tout en exhortant les uns et les autres à l’apaisement et au dialogue, ils ont invité les parents à envoyer leurs enfants à l’école, afin de leur donner la chance de réaliser leur projet de vie.


Message des Evêques du Cameroun


« Un seul Peuple, Une seule Nation ! »


« Je vous exhorte donc, moi le prisonnier du Seigneur, à marcher d’une manière digne de l’appel qui vous a été adressé, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le bien de la paix. Il y a un seul corps et un seul Esprit, ….Un seul Dieu le Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous et en tous ». (Eph 4, 1-6)


1- Depuis les indépendances, les Camerounais ont reçu le défi de bâtir avec intelligence et sagesse une Nation assumant à la fois leurs héritages aussi bien coloniaux que traditionnels. Cette construction de la Nation n’est pas finie. Elle a connu des soubresauts de toutes natures.


2- Depuis octobre 2016, les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest vivent une situation délicate qui a commencé par la grève initiée par les Avocats, suivis en novembre par divers syndicats des enseignants avec des conséquences néfastes ayant conduit à l’arrêt des cours, des violences diverses, des arrestations, des villes mortes, des atteintes aussi bien sur les biens que sur des personnes. Bref une crise sociale dont l’impact est très négatif sur les plans économique, éducatif et du vivre ensemble. Lors de la tenue du Conseil Permanent du 06 décembre 2016, et du 40ème Séminaire des Evêques à Mamfé, nous avions déjà appelé les différents protagonistes à un dialogue franc et sincère. Les Evêques de la Province Ecclésiastique de Bamenda ont également pris position à ce propos, invitant toutes les parties au dialogue.


3- Réunis pour notre 42ème Assemblée Plénière à Yaoundé, du 23 au 29 avril 2017, Nous, Evêques du Cameroun, avons une fois de plus examiné la situation de crise sociale qui prévaut dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Cette situation devient de plus en plus préoccupante et préjudiciable à toute la Nation.


4- L’Eglise, Famille de Dieu au Cameroun, chemine solidairement avec le destin de nos frères et frères, nos enfants, tous nos concitoyens qui connaissent des situations difficiles.
« Jésus-Christ est notre Réconciliation, notre Justice et notre Paix ». Nous, Evêques du Cameroun, avons mission de veiller à servir organiquement la réconciliation, la justice et la paix en chaque personne, en toute notre Nation, en toutes ses Régions. C’est le témoignage de l’Eglise qui est ici engagé, par le courage de la foi, par la vivante espérance porteuse d’avenir et de paix, pour résister à toutes les menaces de dissolution et de désagrégation du vivre-ensemble de la Nation pour revenir à l’apaisement et à la communion par le dialogue et la concertation.


5- Reconnaissant l’Etat de droit et gardant la fidèle mémoire de la manière dont cet Etat a toujours favorisé toute l’expression de la foi des croyants et leur contribution à l’édification de la Nation, Nous nous sommes engagés avec zèle depuis les évènements qui affligent les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, à promouvoir une recherche de solutions aux questions posées et au retour à un mieux vivre-ensemble. Dans l’état actuel des choses, Nous, Vos Evêques, estimons moralement nécessaire la poursuite de cet engagement. Nous exhortons les parties concernées à contribuer le dialogue et à privilégier la recherche des solutions institutionnelles et humaines. Nous appelons tous nos compatriotes à s’unir pour poursuivre ensemble l’édification de notre Nation et pour construire son unité. Pour l’heure, il convient de poursuivre la voie de la décentralisation totale de nos institutions « qui vise la promotion du développement, de la démocratie et de la bonne gouvernance au niveau local » (loi de 2004) ; et partant, consolide l’unité dans la diversité, le vivre-ensemble avec nos héritages reçus, le dialogue pour l’intérêt commun et la démocratie.


6- Pour cela, ce dialogue est important et nécessaire. Il est la valorisation du patrimoine des valeurs sociales et ethniques communes aux différentes traditions sociales et culturelles, afin de faire participer le citoyen à la consolidation du bien commun, de la justice et de la paix. Il ne s’arrête pas seulement à ce que nous avons en commun ; mais il tend vers le plus haut point de l’unité. Pour efficace, ce dialogue doit être clair, animé d’un respect sincère pour les autres et d’un esprit de réconciliation, de fraternité et de compromis. Ce dialogue permet de surmonter efficacement les crises sociales et vise le vivre-ensemble, dans la solidarité et dans la paix.


7- Un tel dialogue concerne l’Etat dans sa forme institutionnelle qui assure les trois pouvoirs :
l’Exécutif, le Judiciaire, le Législatif. Il concerne aussi tous les Corps intermédiaires, Partis politiques, Syndicats, Communes et Société civile. Le but de ce dialogue, ainsi organisé, est de promouvoir la paix, la justice, la démocratie et le bien-être ; et de combattre les inimitiés, les rivalités, les conflits. Ainsi, à tous les niveaux, que tous engagent la réconciliation des droits et des devoirs, la réconciliation de la mémoire de la Nation et de la vision de son avenir. En tout, que l’Etat de droit soit privilégié comme étant la forme institutionnelle globale compétente pour la conception et l’organisation de la Nation.


8- En ce qui concerne les problèmes relatifs à la situation actuelle des Régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, compte tenu de l’évolution de la nature des problèmes, au début de type syndical, et maintenant plus politique, administratif et constitutionnel, nous devons rechercher l’intérêt supérieur de la Nation. Il importe, pour le bien et la stabilité de notre pays, que soient respectées la subsidiarité et la solidarité institutionnelles qui affectent chaque problème posé à son organisme compétent, tout en prenant en compte les avis pertinents, formellement émis par les personnes privées et morales. Que chaque organisme d’Etat, des Corps intermédiaires et de la société civile prenne ses responsabilités et agisse selon sa compétence légale. Qu’un traitement institutionnel soit donné à ces problèmes qui en réalité, affectent la Nation toute
entière.


9- Autant les problèmes sociaux sus-évoqués sont importants et urgents, autant la préservation des relations humaines et le vivre-ensemble est nécessaire. Au nom de la citoyenneté, de la fraternité humaine et de l’humanité, la défense des intérêts légitimes doit aller de pair avec la concorde sociale qui est le but recherché. Les violences non seulement provoquent des dégâts, mais aussi radicalisent les parties et empêchent l’avènement d’un mieux-être ! La violence, d’où qu’elle vienne, ne construit pas ; elle détruit ! C’est pourquoi nous recommandons que les méfiances et les soupçons, la désobéissance civile, les arrestations arbitraires, les intimidations de toutes sortes, les pressions pour conquérir tel ou tel droit, les blocages, les menaces d’activités cessent. Dans cette perspective, nous invitons tous les protagonistes de cette crise à une véritable réconciliation des cœurs.

10- Au sujet des écoles, Nous, Evêques, réaffirmons que l’école fait partie intégrante de la mission de l’Eglise, Mère et Educatrice. Nous conformons le droit inaliénable à l’éducation reconnu à toute personne humaine. Nous invitons, par conséquent, les parents à prendre leur responsabilité à envoyer les enfants à l’école pour leur donner la chance de réaliser leur projet de vie. Nous appelons l’Etat à garantir les conditions de sécurité nécessaires à l’activité scolaire, à prendre des mesures spéciales pour des subventions spéciales et pour alléger les charges fiscales et les taxes diverses qui pèsent sur les écoles depuis le déclenchement de
la crise. L’assignation des Evêques de la Province Ecclésiastique de Bamenda en justice est inopportune et contreproductive, surtout en ce moment grave où tout le Cameroun est mobilisé pour une solution rapide et pacifique de la crise.


- Que les cours reprennent dans tous les établissements primaires, secondaires et universitaires ;
- Que les grèves, les villes mortes et les tracasseries cessent;

- Que les prévenus voient leur sort clarifié, selon un discernement judiciaire et approprié ;
- Que les négociations s’intensifient et s’accélèrent pour que des réponses urgences soient données aux problèmes posés, notamment celui des avocats, et entre autres le respect de la Constitution, l’accélération de la décentralisation et une sécurité citoyenne par les forces de l’ordre.


11- A cette heure grave de l’histoire de la Nation, ce qui importe c’est le bien-être de tous les
Camerounais. Nous les appelons à la solidarité et à la recherche de la confiance mutuelle. Nous lançons un vibrant appel à l’unité et à la paix véritable. L’Eglise, quant à elle, en vertu de sa mission prophétique, a à favoriser, par son pouvoir, toutes les formes de médiation qui s’imposent, qui émergent ou qui tardent à s’exprimer. Eveiller, accompagner et servir le dialogue, telle est sa mission pour le bien de la Nation.


12- A tous les croyants et aux hommes de bonne volonté s’imposent la formation des consciences.
- Que cessent toutes prédications incitant à la haine, à la vengeance et à la désobéissance publique.
- Que soit promues la culture de la paix, et de la fraternité ainsi que la civilisation de l’amour.


13- Aux hommes de médias et utilisateurs de nouvelles technologies de communication, l’éthique professionnelle impose de respecter la déontologie du Corps des professionnels :


- Que cesse la propagation de la haine, de la violence et des fausses nouvelles dans les communications sociales, qui inévitablement conduiront au chaos !

- Que tous les citoyens unissent leurs forces pour la vie et la stabilité de la Nation, qu’ils opposent une digue au mal de la division, de la discrimination et de la déstabilisation qui veut détruire notre pays !

- Que soient écartés tous les dissentiments et qu’avec une concorde mutuelle, une confiance réciproque et surtout une grande charité, on suscite des solutions institutionnelles fondées sur des valeurs humaines et citoyennes !

- Que cette entreprise historique et noble soit menée avec les moyens efficaces que sont le tact, la prudence et la magnanimité ! « Tous nous désirons la paix, beaucoup de personnes la construisent chaque jour par de petits gestes. Engageons-nous par la prière et l’action, à devenir des personnes qui ont banni de leur cœur, de leurs paroles et de leurs gestes, la violence, et à construire des Communautés non-violentes, qui prennent soin de la maison
commune. Rien n’est impossible si nous nous adressons à Dieu dans la prière. Tous nous pouvons être des artisans de paix ». (Pape François).

14- Aux fidèles chrétiens et à tous les autres croyants.


- Priez intensément pour la justice, la réconciliation, la paix, et l’unité de notre Nation !
- Que la lumière du Christ ressuscité rayonne dans nos cœurs et sur nos visages !
- Que Dieu Tout-Puissant donne à toute la Nation de vivre ensemble dans la quête de la vie en
abondance pour tous !

- Que la Vierge Marie Patronne de notre pays nous accompagne aujourd’hui et toujours !


Fait à Yaoundé, le 29 avril 2017


Pour les Evêques du Cameroun
+ Samuel KLEDA
Archevêque de Douala
Président de la CENC


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/9efa92adf4472a8da861c3a140054bd3/sites/cenc.cm/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/item.php on line 285
Rate this item
(0 votes)
Last modified on vendredi, 25 juin 2021 16:20
Ad Sidebar