Message des évêques du Cameroun sur la Catéchèse

Evêques du Cameroun Evêques du Cameroun

Au terme de leur 42ème Séminaire annuel initialement prévu à Eseka mais tenu au Siège de la CENC à Yaoundé sur le thème de la Catéchèse, les évêques du Cameroun ont adressé un Message au Peuple de Dieu

MESSAGE DES EVEQUES DU CAMEROUN SUR LA CATECHESE

« Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28,19-20).

1/ Telle est la mission que Jésus confie à ses Apôtres.

L’Église la réalise dans la proclamation et la transmission d’Évangile par la catéchèse. Le rôle propre de la catéchèse est de montrer qui est Jésus Christ, sa vie et son mystère, de mettre le croyant en communion avec Jésus par la prière et les sacrements, et de présenter la foi chrétienne comme marche à la suite de sa personne.

2/ Cette mission incombe particulièrement aux Évêques en tant que successeurs des Apôtres, ainsi que rappelle le Concile Vatican II : « Les Évêques veilleront à ce que l’enseignement catéchétique, dont le but est de rendre chez les hommes la foi vivante, explicite et agissante, en l’éclairant par la doctrine, soit transmis avec un soin attentif aux enfants et aux adolescents, aux jeunes et même aux adultes. » (cf. Charte Pastorale des Évêques, Christus Dominus, 14).

Les prêtres, de par leur ordination sacerdotale, les religieux et religieuses en vertu de leur consécration et les laïcs en vertu de leur baptême, participent tous, à cette mission.

3/ L’évaluation de la situation de la catéchèse par les Évêques du Cameroun au cours de leur 42èmeSéminaire ordinaire amène au constat suivant :

Les points Positifs :

  1. De nombreux acquis missionnaires ont permis de bâtir la foi chrétienne dans notre pays : les fondations des missions, des écoles, les traductions de la Bible, du Catéchisme et d’autres livres de prières dans les langues locales. Ces œuvres et moyens d’évangélisation ont suscité beaucoup de convertis. Les diocèses continuent d’être créées, les paroisses se multiplient, les baptisés se comptent par milliers, et les catéchumènes et sympathisants sont de plus en plus nombreux ; l’armée des catéchistes s’accroit. Comment ne pas rendre hommage au dévouement héroïque des générations des missionnaires qui ont donné leur vie pour l’annonce de l’évangile.
  2. A la suite de Mgr Henrich Vieter et de tous les autres missionnaires, les Évêques du Cameroun aidés par les prêtres, religieux et religieuses, les catéchistes et autres laïcs, continuent cette œuvre d’Évangélisation. Trois points majeurs traduisent l’engagement des Évêques : l’effort d’inculturation de l’Évangile, la fidélité dans la transmission du message évangélique que matérialise le Catéchisme National de l’Église Catholique au Cameroun, la présentation de ce message dans la catéchèse ; le suivi de la transmission de l’enseignement catéchétique par les commissions diocésaines pour la catéchèse et le conseil national pour la catéchèse.

4/ Au regard de ces acquis, le constat qui s’impose est que depuis le 8 décembre 1890 jusqu'à ce jour, des efforts continuent pour que le peuple de Dieu qui est au Cameroun soit toujours nourrit par l’Évangile du Christ et éduqué dans la foi. Toutefois, aujourd’hui, on note un déficit profond au niveau de la Catéchèse dû à des causes multiples.

Les points Négatifs

5/ Les prêtres ont abandonné l’enseignement et le suivi de la catéchèse aux catéchistes en limitant leur tâche à la célébration des sacrements eu détriment de la catéchèse. Le non-respect du temps de formation est devenu une pratique courante et a pour conséquence pour les chrétiens une formation sommaire, et un manque d’intérêt pour cette formation.

Quant aux catéchistes, leur rôle dans la communauté chrétienne a perdu son sens. Le manque de formation ne leur permet pas de donner un enseignement solide aux adultes comme aux enfants. Les sectes trouvent un terrain facile pour recruter des adeptes chez ses baptisés mal ou pas formés. A cause d’une formation approximative, on constate que - beaucoup de chrétiens ne se confessent plus par contre bon nombre communient sans aucune préparation préalable. Ceux qui sont dans des situations irrégulières recherchent les sacrements sans nécessairement remédier à cette situation. Beaucoup dans nos églises sont des baptisés sans véritable vie chrétienne ; leur foi, pour la plupart, est réduite à la religiosité populaire ; ce sont les chrétiens hybrides et syncrétistes ayant une mentalité magico-religieuse. Ils se caractérisent aussi par le recours excessif aux sacramentaux, et sont toujours à la recherche des miracles. Bien que baptisés, ils restent adeptes des religions traditionnelles, des sectes ésotériques et sont victimes du relativisme doctrinal. Cette situation s’explique par le fait que la catéchèse est limitée à l’initiation chrétienne et le manque d’intérêt pour la catéchèse de la part des fidèles laïcs, et le manque du témoignage de vie au sein des communautés (famille, CEV, associations).

6/ Face à la situation qui prévaut actuellement dans nos Églises, il importe que des éclaircissements et des orientations précises soient donnés pour la relance et la redynamisation de la catéchèse. Après deux Conseils nationaux sur la catéchèse animés par la Commission épiscopale nationale pour l’Évangélisation, suivis d’un travail d’approfondissement sur les problèmes relatifs à la catéchèse, les Évêques rappellent avec insistance ce qui suit :

LA FORMATION

7/ Toute vraie catéchèse repose sur deux piliers essentiels et indissociables qui sont : la connaissance de Jésus-Christ et des vérités révélées de la foi, d’une part, et la transmission de cette connaissance et de ces vérités révélées par l’enseignement catéchétique, d’autre part. Il est indispensable, que ces deux piliers soient inséparables, l’un ne saurait aller sans l’autre. Pour connaitre Jésus-Christ et les vérités révélées, il y a des sources auxquelles on doit se référer : la Parole de Dieu, la Sainte Tradition, l’Enseignement du Magistère et la vie de l’Église.

Trois niveaux sont requis :

  1. La formation des protagonistes de la catéchèse : Prêtres, religieux, religieuses, catéchistes et autres laïcs ;
  2. La formation en vue des sacrements de l’initiation chrétienne ;
  3. La formation permanente, éducation à la vie de la Communauté et maturation de la foi.

La connaissance de Jésus-Christ et des vérités révélées consiste en l’étude systématique et organique des vérités de la foi issue des Saintes Écritures, de la Tradition et du Magistère. L’enseignement consiste en la transmission de cet acquis, en respectant la pédagogie de la foi, dont le Maître et le modèle de l’Esprit Saint. La visée commune de la connaissance et de l’enseignement est de conduire le catéchisé à la communion, à la personne de Jésus-Christ et adhérer à son message.

Pour rendre efficace cette formation, les Évêques recommandent ce qui suit : Introduire le module de la catéchèse dans les maisons de formation - Créer des Centres de formation catéchétique pour prêtres et laïcs - Organiser des séminaires et sessions pour la formation catéchétique - Faire usage des langues locales, surtout dans les campagnes, et favoriser les traductions pour la transmission du message. - Cette formation doit se faire dans les familles, les paroisses, les diocèses et au niveau national. - Assurer une formation humaine initiale à tous les catéchumènes dans le cadre familial et scolaire.

Bref une formation chrétienne initiale à l’éducation de la foi, une catéchèse approfondie dans la perspective de la mission.

8/. Temps de formation

  • Respecter le temps et le programme de formation définis par la Conférence Épiscopale Nationale, qui est de trois (03) ans
  • Réintroduire dans tous les diocèses la Formation permanente qui embrasse toute la vie du chrétien, depuis son baptême jusqu’à sa mort. 
  • LES PROTAGONISTES ET LES DESTINATAIRES
  1. LES PROTAGONISTES
  • L’Esprit Saint 

9/. L’Esprit Saint est le premier protagoniste de la Catéchèse. « La catéchèse est un acte essentiellement ecclésial. Le vrai sujet de la catéchèse est l’Église, qui, continuant la mission du maitre, Jésus et sous l’action de l’Esprit Saint, a été appelée à être mère éducatrice de la foi », DGC 78.

  • Les Évêques 

En tant que successeurs des Apôtres, les Évêques, tels que le définit le DGC 222-223, sont les premiers éducateurs de la foi dans leur diocèse, les premiers catéchistes. Ils assument la haute direction de la catéchèse dans leur Église particulière. Ils ont la mission d’organiser et de suivre l’enseignement catéchétique avec la collaboration des prêtres, des religieux et religieuses, des catéchistes et autres laïcs.

  • Les prêtres

En tant que Pasteurs, ils veillent sur l’ensemble du troupeau et veillent particulièrement sur les brebis égarées. En tant que éducateurs, ils forment à la communautaire où ils témoignent du Jésus-Christ, et les éduquent à la vie missionnaire comme envoyés et témoins de Jésus-Christ.

En enseignant, ils catéchisent ; leur implication dans l’organisation, le contrôle et le suivi est indispensable.

Ils doivent être de véritables témoins de l’évangile par leur vie. Par leurs homélies bien pensées et soignées, ils annoncent la Bonne Nouvelle et aident les fidèles à grandir dans la foi en veillant à ce que les homélies soient le moment d’une reprise de l’itinéraire de la foi chrétienne, un grand moment de rencontre entre Dieu et son peuple. C’est pourquoi elles exigent un certain temps de préparation.

Vis-à-vis des catéchistes, ils doivent veiller à leur choix (c’est à dire discerner dans la communauté, des chrétiens convaincus, menant une vie de foi, une vie civique, exemplaire et engagée) et leur assurer continuellement la formation. Par ailleurs ils doivent les respecter et être justes envers eux.

  • Les catéchistes

Aux catéchistes, le travail pastoral qu’ils abattent est appréciable pour la construction de l’Église. Grâce à leurs sacrifices et à leur disponibilité, ils contribuent efficacement à la mission des prêtres dans l’annonce de l’Évangile.

Être catéchiste c’est répondre à un appel de Jésus auquel ils ont répondu chacun « Me voici ». Il les invite à une familiarité avec Lui afin qu’Il se fasse connaître. Est catéchiste celui qui répond à cet appel et accepte de vivre selon ce qu’il enseigne. La vie chrétienne du catéchiste, son engagement et son témoignage au sein de la communauté sont des éléments qui permettent au prêtre de confirmer son appel au nom de l’Église. Il doit être un chrétien convaincu engagé et formé, aimant l’Église et fidèle à sa vocation, se rendant disponible à la formation grâce à laquelle il va acquérir les connaissances doctrinales et pourra les transmettre avec fidélité.

 

  • Dans la communauté chrétienne

La famille chrétienne est l’Église domestique. Les parents chrétiens sont les premiers responsables de l’éveil de la foi et de l’Éducation de leurs enfants, surtout par leur témoignage de vie. En ce sens, la catéchèse familiale précède, enrichie, et accompagne tout autre forme de catéchèse.

Communauté toute entière catéchisent par la profession de foi et le témoignage de vie. A tous les niveaux elle est responsable de la catéchèse : elle doit pourvoir à la formation de ses membres et les accueillir dans un milieu où ils peuvent vivre, le plus pleinement possible, ce qu’ils ont appris.

Pour les familles non chrétiennes, les communautés ecclésiales vivantes, les parents et marraines participent à l’éveil de la foi et à l’éducation chrétien de l’enfant.

Les religieux et religieuses en vertu de leur consécration et leur charisme, ils jouent un rôle important dans le ministère de la catéchèse DJC 226231.

  • Les jeunes

Ils sont aussi des protagonistes de la catéchèse dans la mesure où leur expérience de vie à la suite du Christ à travers les mouvements et associations, les JPJ (Journées Paroissiales des Jeunes), JDJ (Journées Diocésaines des Jeunes), JZJ (Journées Zonales des Jeunes), JSJ (Journées Sectorielles des Jeunes), JNJ (Journées Nationales des Jeunes), JMJ (Journées Mondiales des Jeunes), est atout pour l’Évangélisation de leur semblable.

Toutefois, l’expérience témoigne que la qualité de la catéchèse d’une communauté dépend en très grande partie de la présence et de l’action des prêtres.

  1. LES DESTINATAIRES
  • Tous nous sommes concernés par la catéchèse, tant il est vrai que l’Évangélisation concerne toute personne, quelques soit la situation socioreligieuse ;
  • Aux non-chrétiens jeunes et adultes, la catéchèse est un appel à la conversion ;
  • A la communauté chrétienne, la catéchèse est une initiation à la vie chrétienne et la mission, une éducation à la vie communautaire ;
  • A ceux qui ont perdu la foi vivante ou ne se reconnaissent plus fils de l’Église ; ceux qui se sont éloignés du christ et de l’Église, la catéchèse est une nouvelle évangélisation qui recourt à la première annonce et à la catéchèse fondamentale ;
  • Les fidèles d’autres obédiences chrétiennes sont aussi destinataires de la catéchèse dans le cadre du dialogue œcuménique.
  1. LES MOYENS A METTRE EN ŒUVRE POUR LA CATECHESE

10/. En premier lieu il est question des supports de la catéchèse :

  • Les documents officiels c'est-à-dire approuvés par le Saint Siège : la Bible, le Catéchisme de l’Église Catholique, le Catéchisme National de l’Église Catholique au Cameroun, le Compendium, le Directoire Général de la Catéchèse ;
  • Manuels d’enseignement de la catéchèse approuvés par l’évêque : Le Conseil nationale de la catéchèse veillera à aller progressivement vers une harmonisation des documents d’enseignement de la catéchèse dans notre Église ;

Dans tous les cas, ces supports sont recommandés à toutes les structures ecclésiales de formation, et plus particulièrement les écoles, les lycées et collèges et les instituts universitaires, sans oublier les associations et mouvements d’apostolat, dans le cadre de la formation permanente. La vie chrétienne est dynamique et ces supports indiquent comment elle doit se développer.

On continuera de tenir compte de la méthode catéchétique Question /Réponse qui permet très vite d’aller à l’essentiel.

11/. La communauté paroissiale et en premier chef les prêtres doivent s’engager dans un processus dynamique, en vue d’assurer aux catéchistes les moyens de leur mission.

  • Aider les catéchistes à créer des projets générateurs de revenus ;
  • Harmoniser les allocations données aux catéchistes à plein temps ;
  • Sensibiliser les chrétiens au soutien des catéchistes (« que le disciple fasse part de toute sorte de bien à celui qui lui enseigne la parole (Ga 6,6) ;
  • Prévoir un pourcentage pour les catéchistes sur les inscriptions à la catéchèse ;
  • Pourcentage du denier de culte à reverser aux catéchistes ;
  • Un pourcentage sur le casuel à reverser aux catéchistes ;
  • Organiser une journée diocésaine du catéchiste au cours de laquelle on peut susciter la générosité des chrétiens ;

12/. Autres moyens fortement recommandés

  • Création d’un centre de formation catéchétique provincial ou national ;
  • L’utilisation inventive massive et prudente des Mass Média (réseaux sociaux, télévisions, ratio, site Web, presse écrite, revues liturgiques, bulletins paroissiaux ou nationaux) ;
  • Une place particulière sera réservée à l’utilisation de l’art, l’Iconographie, le dessin dans les groupes, le théâtre, projections cinématographiques sont à encourager ;
  • On accordera une importance particulière au pèlerinage de masses et de groupes ; les recollections et des retraites et même des caravanes d’Évangélisation ;
  • L’utilisation des langues locales dans la catéchèse : Notre catéchisme national indique que si nous nous plaignons des sectes qui font rage dans nos communautés ecclésiales n’est-ce pas parce que ma catéchèse n’a pas encore pris vraiment racine dans nos cultures, traditions et mentalités (n°2011, 5)
  • Cas particuliers

13/. Les chrétiens vivant en situations irrégulières et ne peuvent accéder à la table eucharistique, devront bénéficier de la sollicitude et de la tendresse particulière de leurs pasteurs et de toute la communauté car eux-aussi sont membres de l’Église. Pour eux il convient de rappeler que la Parole de Dieu bien accueillie est un sacrement. Dans tous les cas en ce qui concerne les sacrements et leurs pratiques, les pasteurs devront se conformer uniquement à ce qui est enseigné et exigé ou recommandé par le Magistère universel et le Magistère particulier de l’Évêque dans son diocèse.

 

 

 

Fait à Yaoundé, le 12 janvier 2019

Les Évêques du Cameroun


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/962117baae58123132ddfca0498f51f3/sites/cenc.cm/templates/ts_news247/html/com_k2/templates/default/item.php on line 285
Rate this item
(0 votes)
Last modified on vendredi, 05 novembre 2021 08:40
Ad Sidebar